Après guerre

Ni la SME, ni la SMG n’ont trop souffert de la 2e Guerre Mondiale. Le 26 août 1944, les gazomètres et les conduites sont gravement endommagés, mais leur réparation prend moins d’un mois. La distribution d’électricité n’a été que rarement interrompue.

Les nationalisations françaises de 1946 (création d’EDF et de GDF) rendent à la Principauté le contrôle de son énergie : ainsi l’EELM comme la CIG  peuvent intégrer, indirectement d’abord, puis directement, la Lyonnaise des Eaux, elle aussi en dehors du champ des nationalisations.

Dès 1952, un accord tripartite (Etat Monégasque, GDF, SMG) clarifie les relations avec la France, en permettant la suppression des usines à gaz de la Principauté.

Et en 1976, la rationalisation du secteur énergétique monégasque se concrétise avec le rachat de la SMG par la SME, pour créer la SMEG.

Les années 80 marquent l’aboutissement de cette complète réorganisation.

Puis c’est la prise de concession en 1987, après concours, de l’exploitation de la centrale de chauffage et de climatisation du nouveau quartier de Fontvieille. Parallèlement, la SMEG élargit ses compétences par la prise de parts dans la Société Monégasque d’Assainissement, (SMA)15% tout d’abord en 1983, puis 61 % en 1988.

Enfin, en 1990, la SMEG s’installe dans des nouveaux locaux plus fonctionnels. La SMEG peut fêter le 20 février 1990, en présence de LL.AA.SS. le Prince Souverain et le Prince Héréditaire Albert, un centenaire de développement étroitement lié à celui de la Principauté.